Les Egarements Monumentaux

avril 7, 2008

Sculpture ornementale végétale à Paris (I)

Filed under: léon binet,sculpture végétale — pfbenoit @ 2:11

Peu de nations peuvent s’enorgueillir d’avoir inventé un art nouveau et totalement original. En Europe, il n’y en eu que deux : la Grèce, et la France. Quel que soit le génie des autres nations, et il fut grand, leur architecture et leur art ornemental ne furent que variations autour d’un modèle. Le modèle gréco-romain, d’une part, et le modèle gothique français, d’autre part. J’exclus volontairement l’architecture moderne : qui l’inventa ?

Dans l’armoire aux reliques de l’art gothique, il est un joyau nul part plus brillant qu’en Ile-de-France : il s’agit de la sculpture ornementale végétale, qu’il faut immédiatement qualifier de réaliste, pour ne pas commettre de contresens. En effet l’ordre végétal fut de tout temps l’ami des artistes. On se contentera de citer le paysage aux hirondelles de l’ île de Thira, daté de l’age du bronze. Le réalisme végétal parisien est d’une toute autre veine. Il laisse la plante coloniser la muraille de pierre qui s’efface devant elle. Il n’est pas un ornement mais une liberté que prend la nature sur l’homme. Parfois, il semble que les plantes seules soutiennent l’édifice, à l’image de ces anciens temples du Cambodge !

Avenue de Messine (Paris VIII), Léon Binet, sculpt., Jules Lavirotte, arch. 1907

L’étude de la sculpture végétale ornementale parisienne nous mènera en plusieurs insignes lieux. Afin d’assister à sa naissance et à son épanouissement classique, nous nous rendrons à Notre Dame, au portail occidental mais aussi au portail nord, à la Sainte-Chapelle du Palais et à la chapelle de la Vierge de l’abbaye de st-Germain-des-Prés, ses chefs d’oeuvres ! Nous en verrons à st-Germain-l’Auxerrois le déclin baroque et touchant, au XV ème siècle. La retrouverons au XVIII ème siècle, assagie et réduite à un ornement symbolique à la chapelle de la Vierge de st-Roch. Assisterons enfin à sa renaissance au XIX ème siècle et à son apogée avec l’art 1900 de Léon Binet, chant du cygne de notre architecture parisienne !

Rue de Messine (Paris VIII), Léon Binet, sculpt., Jules Lavirotte, arch. 1907

Publicités

Propulsé par WordPress.com.